Contrairement au récap' de l'année dernière, je vais commencer cette année par les succès car il y a genre grave du monde.

WIN

Massive Attack - Heligoland

Nouvel album après près de dix ans de silence radio, ce serait peu dire que je les attendais au tournant avec une batte à clous, ceux-là. D'autant plus que le précédent album ("100th Window") a tourné régulièrement pendant à peu près autant de temps, la première écoute de "Heligoland" — bien que j’eus été psychologiquement mis en condition quelques mois auparavant avec la sortie du EP "Splitting The Atom" — a été faite en quasi-apnée jusqu'à la dernière seconde. Verdict : excellent. Sortir un nouvel album après un hiatus aussi long est généralement un casse-pipe où plus d'un groupe a foiré son retour, mais force est de constater que Massive Attack est toujours au top, avec des titres dans la parfaite continuité de leur discographie. Mentions spéciales pour Splitting The Atom, Paradise Circus, Flat of The Blade et Atlas Air.

Anathema - We're Here Because We're Here

La parenthèse acoustique "Hindsight" refermée, Anathema est retour dans l'alignement de leurs deux derniers albums avec titre nul à chier mais des chansons toujours aussi aériennes et mélodiques. Mentions spéciales pour Summer Night Horizon, A Simple Mistake et Get Off Get Out.


John Butler Trio - April Uprising

Ah, John Butler. Débarrassé de ses pourtant sympathiques dreadlocks et au passage de ses deux musicos S. Birchall (contrebasse, basse) et M. Barker (percussions), l'australien le plus cool du monde récidive sur "April Uprising", un nouvel album aux titres musicalement beaucoup plus catchy qu'à l'accoutumée car plus orientés pop-rock et moins guitar-hero... Une ré-orientation probablement conséquente au changement de musiciens. Le tout passe plutôt bien, mais on est toujours loin de l'exceptionnel "Sunrise Over Sea".

Narrow Terence - Narco Corridos

J'attendais ce nouvel album avec impatience après en avoir eu des avant-gouts en concert, et banco : les petits français de Narrow Terence ont frappé très fort avec "Narco Corridos". Rien à jeter : tous les titres forment un ensemble très bien équilibré entre gros rock sombre (Weakness of The Sheep, The Hole, Bottom Bitch, Wet Dead Horses) et titres plus doux voire mélancoliques (Camilla's Tune, You Made The Sea, Alcohol), à l'épreuve des écoutes en boucle. Voilà un skeud qui tabute[1] !

Cocoon - Where The Ocean Ends

Encore des français qui assurent : Cocoon continue son bonhomme de chemin et nous livre ici un excellent successeur à "My Friends All Died In A Plane Crash". Même recette, et toujours pas dégoûté : les petites mélodies simples mais diablement accrocheuses et le chant double font mouche, c'est toujours un plaisir à écouter.


The Black Keys - Brothers

Petit saut de l'autre coté de l'Atlantique avec le dernier album de The Black Keys — dont j'ai appris l'existence cette année. Ce duo dépote une espèce de blue-rock aux sonorités vintage sans pareil, du très bon ! Mentions spéciales pour Next Girl, Tighten Up, Howlin' For You et She's Long Gone. Je vous recommande également tout aussi chaudement leur album précédent "Attack And Release".

Hewitt - Sacred Heart

En voilà un autre que j'attendais avec impatience : le premier album de Hewitt, un combo de hardcore français monté sur les cendres de plusieurs groupes dont viennent entre autres Jay Berast (chant, ex-Sihia) et Fred Ceraudo (batterie, ex-Pleymo). "Sacred Heart" est au final un poil plus secos' et répétitif que ce que j'imaginais, mais c'est un début plus que prometteur et je leur souhaite tout le succès qu'ils méritent. Mentions spéciales pour Dying Alive, Till Death Do Us Part et Fastlane.

Headcharger - The End Starts Here

Autre skeud attendu pour cette année, le nouveau cru des cowboys les plus français de l'ouest du Pecos confirme la direction prise par "Watch The Sun" en crachant du vrai Rock'n roll aux sonorités et rythmiques typiquement américaines, c'est du certifié 100% lourd. Mentions spéciales pour Breath Out, Would You?, A Thousand Tides et la magnifique Something, Someone.


Dagoba - Poseidon

Allez, dernière dose de chauvinisme avec le dernier Dagoba, "Poseidon". N'ayant pas eu de signes d'un nouvel album j'ai été plutôt surpris d'apprendre sa sortie discrète en août dernier. L'effet de surprise mis à part, Poseidon est le digne successeur de "Face The Colossus" : on y trouve de nouveaux riffs de guitares tranchants, des rythmiques toujours aussi rapides et précises et les désormais traditionnelles progs qui donnent un ambiance aux différents morceaux, sur lesquels Shawter fait encore une fois démonstration de chants mélodiques de très bon niveau. Mentions spéciales pour The Horn Cape, Black Smokers, I Sea Red et There's Blood Offshore.

Dillinger Escape Plan - Option Paralysis

Si il y a bien quelque chose à savoir avec Dillinger Escape Plan, c'est que chaque nouvel album est à appréhender individuellement, dans le sens ou cela ne sert à rien d'essayer de la comparer avec les autres. Ce principe tend toutefois à s'assouplir depuis quelques albums, au point qu'on puisse considérer que "Option Paralysis" est bel est bien une évolution qui suit la direction abordée par "Ire Works". Ce qui ne change pas en revanche, c'est le désarroi dans lequel on se trouve lorsqu'on essaye de résumer ou simplement de présenter un de leurs albums : je me contenterai donc de vous dire que je l'ai trouvé parfait. Mentions spéciales pour Farewell, Mona Lisa, Chinese Whispers, Parasitic Twins.



(Note à moi-même : putain mais y'a eu trop de bons skeuds cette année, ça m'épuise d'en parler...)



Disturbed - Asylum

Cinquième album pile sorti pour célébrer la décennie d'activité du groupe, Disturbed confirme son statut de poids lourd du métal avec un nouveau sans-faute et délivre un nouvel album qui arrive à maintenir la même signature musicale sans tourner en rond pour autant, exercice que peu de groupes maitrisent. "Asylum" est beau, puissant, efficace et se paye même le luxe de contenir une reprise de I Still Haven't Found What I'm Looking For de U2, qui pourrait en surprendre plus d'un — moi y compris. Mentions spéciales pour Asylum, Warrior, The Animal et Serpentine.

As I Lay Dying - The Powerless Rise

On reste dans le metal avec encore du lourd avec le dernier effort d'As I Lay Dying, "The Powerless Rise". Là encore, il s'agit d'une belle évolution en toute cohérence avec l'album précédent : de beaux riffs énervés, un rythme soutenu du début à la fin... Du très bon métal, pour peu que vous ayez apprécié l'album "An Ocean Between Us" il y a de fortes chances que vous accrochiez.


Avenged Sevenfold - Nightmare

Je vous avais parlé d'Avenged Sevenfold dans ma chronique de l'année 2009, et je n'en démords pas : leur album éponyme est probablement l'un des skeuds qui a le plus chauffé mes cages à miel ces deux dernières années. Après le décès de leur batteur en décembre 2009 qui a — comme on pouvait s'en douter — fortement impacté les membres du groupe, je ne m'attendais pas à voir apparaitre de nouvel album de sitôt. Eh bien mal m'a pris de douter, car dès le printemps 2010 les ptits gars ont annoncé rentrer en studio pour enregistrer "Nightmare", pour lequel ils avaient déjà commencé à écrire des titres avec The Rev avant qu'il décède. Presque toutes les chansons étaient prêtes à être enregistrées en studio, il ne manquait plus qu'un batteur pour assurer les parties de percussions... C'est alors qu'a été balancée la breaking news de l'année : c'est Mike Portnoy himself qui passera derrière les fûts pour l'enregistrement de l'album et qui accompagnera Avenged Sevenfold en tournée mondiale ! Le mythique batteur de Dream Theater était le batteur favori de Jimmy "The Rev" Sullivan, et c'est avec honneur qu'il a accepté la demande du groupe de remplacer temporairement leur camarade parti trop tôt — avant de se faire lourder comme une grosse daube par les mêmes gars il y a quelques jours.
Pour en revenir à "Nightmare", il est résolument différent du précédent : plus cohérent de bout en bout, mais évidemment plus sombre avec certains titres directement ou indirectement adressés en hommage à leur ami disparu. Un excellent album à écouter et réécouter, avec mentions spéciales pour les chansons Welcome To The Family, Buried Alive, Natural Born Killer, Tonight The World Dies, Fiction (un des surnoms de The Rev) et subjectivement la plus belle chanson du monde musicalement : Save Me.

Lostprophets - The Betrayed

J'avais lâché les gallois de Lostprophets après cette insulte à la musique qu'avait été "Liberation Transmission" : pondre cette daube infâme après avoir sorti un de mes skeuds favoris encore aujourd'hui "Start Something", je l'avais clairement mal pris. Lorsque j'ai appris la sortie de leur dernier album j'ai décidé de leur donner une chance, sans grande conviction : force est de constater que sans égaler "Start Something", ce "The Betrayed" s'en approche fortement ! Les titres sont catchy, bien équilibrés et leur écoute file clairement la patate. Mentions spéciales pour It's Not The End Of The World But I Can See It From Here, Next Stop Astro City, For He's A Jolly Good Felon, AC Ricochet et The Light That Burns Twice As Bright.

Pendulum - Immersion

Je connaissais seulement les chansons Fasten Your Seatbelts et Tarantula de l'album "Hold Your Colors" quand il y a quelques mois un collègue a dégainé le dernier album de Pendulum dans le bureau. Le gros son électro qui te fait headbanger ta grand-mère est toujours là, et le skeud contient deux featurings de haute volée : Immunize avec Liam Howlett de The Prodigy et Self vs. Self avec les metalleux de In Flames. Du très bon ! Mentions spéciales pour Salt In The Wounds, Set Me On Fire, Crush, Comprachicos Witchcraft et bien entendu les deux featuring pré-cités.

Découvertes

Vuneny - Whatever Singularity

Découverts en première partie du concert EZ3kiel+Hint auquel nous avons assisté avec Joxer, j'ai été laissé sur le cul par ce duo venu direct de Bosnie-Herzégovine qui distille une magnifique électro-indus sombre assez similaire à REVO ou EZ3kiel — tiens donc. Mentions spéciales pour Defining Violence II, Get Me a Horse (And I'll Bring You a Musicbox), re: How We Are Connected, Hold That Thought et Partizanska.

Maylene & The Sons of Disaster - II

C'est un collègue qui m'a fait découvrir cet album, et pour être franc j'ai immédiatement scotché dessus : du rock'n roll avec de grosses guitares et de la gueulance menée par l'ancien chanteur d'Underoath (d'où vient également le batteur). Ça envoie du lourd dans tous les sens, à l'exception des deux derniers titres Tale Of The Runaways et The Day Hell Broke Loose At Sicard Hollow, qui sont respectivement une magnifique balade et une instrumentale à la guitare sèche et au pedal steel (je crois).

Deuspi'

Stone Sour - Audio Secrecy

J'ai longuement hésité quant la section dans laquelle placer le nouvel album de Stone Sour, "Audio Secrecy" : pas assez bon pour être un WIN, mais trop correct pour mériter d'être balancé dans les FAIL : c'est ainsi qu'est apparue la section "deuspi". En effet, ce skeud se place plutôt bien dans la continuité de "Come What(ever) May", mais il lui manque quelque chose. Dommage, il y avait clairement du bon sur cette galette, je pense notamment à Mission Statement, Say You'll Haunt Me, Hate Not Gone et Home Again, mais le reste, c'est soit de la putain de soupe, soit des morceaux pseudo énervés aux riffs trop bancals.

Gorillaz - Plastic Beach

Ce "Plastic Beach" de Gorillaz est, à l'instar des autres albums du collectif, assez inégal : personnellement, seule une poignée de morceaux m'ont convaincu — Rhinestone Eyes et Stylo —, le reste passe sans difficulté majeure mais ne marque pas mon esprit.



Dans la série des groupes qui peinent à se renouveler, je vous annonce Nonpoint qui tourne en rond avec son "Miracle" qui est loin d'en être un, et à mon grand désespoir Mudvayne avec un nouvel album éponyme mi-mou, mi-naze...

FAIL!

Non. Juste NON.

  • Korn - III: Remember Who You Are
  • Linkin Park - A Thousand Suns
  • Deftones - Diamond Eyes
  • Puggy - Something You Might Like

Pour 2011

Avec ce qui nous attend en 2011, la chronique de l'année prochaine risque d'être chargée :]

  • Limp Bizkit - Gold Cobra
  • Rise Against - Endgame
  • Cold - Wicked World
  • Empyr - Unicorn
  • Sidilarsen - ?
  • Rage Against The Machine - ?
  • Thrice - ?
  • Muse - ?
  • Foo Fighters - ?
  • Enter Shikari - ?

Notes

[1] © Santx