Je ne sais pas pour vous, mais dans le métro j'ai parfois tendance à halluciner. Certaines personnes on des comportements assez étranges et même avec la meilleure volonté du monde on à un peu de mal à savoir ce qui peut bien se tramer dans leur tête.

Voici une compilation de petites scènes de métro parisien, où l'on s'aperçoit que les gens ont des comportements pour le moins bestiaux :

La nana qui reste assise sur le strapontin, toi tu peines à arriver au taff car toutes les lignes sont ralenties (pour celles qui fonctionnent encore) et qui te dit : Quand on voit qu'il y a du monde on attend le prochain !.

Le mec qui recule un peu sur le quai, et qui une fois assez reculé prend son élan et se jette littéralement dans la rameles gens, pour rentrer.

La nana qui rentre, te pousse et essaye de s'asseoir ni vu ni connu je t'embrouille en te dépliant le strapontin derrière les genoux, toi du coup tu manques de te viander.

Le couple qui à l'heure de pointe le matin, entre dans une rame déjà noire de monde avec une lampe halogène, un meuble et des chaises.

Dans le même genre :

La nana qui veut rentrer avec une poussette digne d'un Hummer, et qui t'engueule parce qu'il y a pas la place.

La personne qui te regarde et qui te fait gentiment remarquer : Ouais bah à l'autre porte là-bas ils sont plus tassés que vous, vous pourriez faire un effort, cela va faire une heure que j'attends !, alors que tu essayes de tout faire pour pas comprimer la jeune femme enceinte derrière toi. Puis ladite personne descend juste à la station suivante 800m plus loin dans la rue.

Le mec qui pousse comme un dératé et fait tout pour rentrer (sur la ligne 14 qui a au minimum un métro tout les 2 minutes) alors qu'une nana hurle à la mort parce qu'il est en train de lui tordre un membre quelconque. Au final tu sais pas trop lequel car tu as déjà du mal à identifier à qui appartiennent ceux qui t'entourent.

Celles-là on doit y avoir le droit au moins trois à quatre fois par semaine :

La personne qui devant toi, une fois entrée dans la rame, se stop net genre Ouf, je suis rentré !. Et toi derrière, tu te retrouves entre les portes alors qu'elles se mettent à sonner et l'autre se bouge toujours pas. Résultat, tu finis par le bouger d'un grand coup d'épaule et après il te regarde comme deux ronds de flan sans rien dire.

Ou encore ceux qui marchent à deux à l'heure devant toi et t'empêchent de monter. Et, comble du vice, vont tantôt à droite tantôt à gauche en fonction du coté par lequel tu essayes d'effectuer un dépassement digne d'une véritable course automobile.

Et alors alors lui, à la première place avec une mention toute particulière :

Le type qui paralyse toute la ligne 13 pendant la quasi totalité d'une matinée en ayant coincé un Vélib'[1] entre une rame et le quai, métro Porte de Saint Ouen.

Déjà, tu sais pas trop comment il s'y est prit. Mais tu t'aperçois qu'il n'a pas bien compris le principe du Vélib'. Franchement, celui-là, tu le trouves tu le caillasses. Ou comme le proposait si bien Gore, tu le chopes et tu lui fait bien sentir le vélo (22,5kg de bonheur) :)~

Le pire dans tout cela c'est que je suis certain d'en oublier. Mais, même si cela me fait désespérer devant une telle concentration de connerie au mètre carré, qui dépasse les limites de l'entendement. Je choisi bien souvent d'en rire, bon je vous l'accorde, pas toujours sur le coup.

Moi je dis, on devrait tous avoir la chance d'avoir Chuck comme pote[2]. Putain que ce serait bon. Quoi de plus agréable que de l'imaginer distribuer des bon gros roundhouse kicks[3] à la chaîne. Et là pour le coup c'est une scène que j'aimerai bien voir dans le métro...