Cliquez sur les vignettes pour écouter une chanson de l'album

Wisp - The Shimmering Hour

Quand Aphex Twin rencontre Boards of Canada. Voilà comment simplifier ce que cet anglais nous offre. Batteries glitch qui s’affolent et claviers moog qui chialent. Un album ultra travaillé et parfaitement maitrisé tout le long sans jamais se répéter. Très électro mais naturel pour autant et frais comme le vent de la montagne. Un bijou en forme de CD mais pas super pratique à porter.


Fuck Buttons - Tarot Sport

On s’allonge sur le lit, on met le casque sur la tête, le volume sur 11 (sur 10) et on ferme les yeux. Vague sonique électro. Les chansons sont longues et prenantes, le temps de décoller lentement du lit pour se retrouver en apesanteur au milieu de ce vacarme que produisent les synthés de ce duo anglais. Rien qu’en lisant les titres des chansons on voyage, alors imaginez-vous quand vous alignez ces sept monceaux qui s’enchainent sans fin. Cet album est comme un gros gâteau, une pièce unique qu’on engloutit avec le mal de ventre qui va avec. On est gavé mais c’est tellement bon !


Port-Royal – Dying in Time

Duo italien (et non japonais avec un nom pareil).Electro shoegaze à mort, parfois peut être un peu trop mais on pardonne après l’écoute du skeud. Ça monte progressivement pour finir par déchirer les enceintes, comme si une vague venait se déferler au ralenti x100 sur des rochers acérés. Comme si on regardait une lointaine fenêtre temporelle sur les années 80. Quelques titre tâches un peu mais l’ensemble reste plus que satisfaisant sur les 1h12 que propose ce CD.


Moby – Wait for Me

Musique légère, minimale et couverte de paroles dépressives. Un très bon album pour Moby qui s’écoute tranquillement mais qui donne une impression qu’il a été un peu bâclé. On a parfois plus la sensation d’entendre des extraits plutôt qu’une œuvre aboutie. On en veut encore!


There Will Be Fireworks - There Will Be Fireworks

Nom à la con, pochette d’album prise à l’arrache et originaire de Glasgow. La recette idéale pour du post-rock des familles. Alors qu’on aurait pu se retrouver devant un énième groupe qui nous ressert les mêmes (bonnes) recettes, on a un truc vraiment particulier. Certainement dû à la voix si spéciale du chanteur et de son accent écossais à couper au couteau. On s’en prend plein les oreilles mais ne vous inquiétez pas car quelques passages folk viennent adoucir le tout. Un excellent premier album pour ce quatuor.


Cougar – Patriot

Et encore un bon groupe pour le label Ninja Tune. Les américains débarquent avec leur rock expérimental alignant une multitude de guitares le tout légèrement saupoudré d’électro. On est vite surpris par la diversité des enchainements souvent bien sentis dans leurs compositions, et se retrouver transporté dans les mélodies qu’entremêlent les guitares. Malheureusement il manque quelques choses. Chansons inégales variant de l’excellence au banal et surtout il n’y a pas vraiment de logique dans l’alignement de la tracklist.


Archive - Controlling Crowds

Pour résumer facilement, c’est un best of de tout ce qu’ils ont fait avant mais en mieux. Ça cri, ça pleure, ça rap, ça groove, ça fait de l’orgue avec plein de guitares noise par dessus. C’est varié tout en gardant une certaine logique tout le long. Du coup l’album s’écoute d’une traite. Certain disent qu’il est trop synthétique mais c’est ce qui fait son charme.


And So I Watch You From Afar - And So I Watch You From Afar

Quand j’écoute Oceansize, je trouve qu’il manque un petit truc pour que ça soit extra. ASIWYFA a su combler ce manque en ajoutant de bon gros riffs qui tachent en plus. Un album à savourer tellement il brise les limites et innove dans le domaine du post-math-rock/postcore (oui je sais…)


thrice-beggars.jpg

Thrice – Beggars

Thrice c’est comme le bon vin. Ça ce bonifie avec le temps. Faut dire que depuis quelques albums on est très loin de leur début. Entre rock alternatif, trip hop et musique planante, on en a pour son grade même si l’album est assez inégal (peut être trop varié ?). A vrai dire je trouve que Thrice excelle dans l’electro-rock ambiant et espère qu’ils sortiront un album de la trempe de The Alchemy Index vol.2.


Combichrist - Today We Are All Demons

Petite exception pour cette album car assez lassant sur une écoute. Par contre entendre un ou deux titres le volume à fond met grave la pêche, et en live c’est terrible. De quoi bien réussir ses soirées techno indus du dimanche soir.