EPIC FAIL

Je commence cette rétrospective hautement subjective avec les albums qui m'ont déçu, pas parce qu'ils étaient moins bons que leur prédécesseur mais simplement mauvais.

Arctic Monkeys - Humburg

Après un "Favourite Worst Nightmare" survolté, qu'est-ce qui a bien pu se passer pour que les Singes de l'Arctique nous pondent pareille soupasse froide et sans saveur ? Électroencéphalogramme plat, on est proche de la mort clinique tellement il ne se passe rien sur ce skeud.


Biffy Clyro - Only Revolutions

Pareil, si jamais vous retrouvez les couilles du chanteur de Biffy Clyro faites-moi signe. Seul les titres That Golden Rule et Mountains sauvent péniblement les meubles, mais on est à des années-lumière du très complet "Puzzle"...




WIN!

Il n'y a pas eu que du mauvais en deux double zéro neuf, loin de là : certains groupes sont des valeurs sures, et les groupes suivants ont enfoncé le clou encore plus fort.

Thrice - Beggars

Encore un tour de force des décidément trop talentueux californiens de Thrice. Après l'album-concept "The Alchemy Index", les gars montent le volume et refont cracher les watts pour un album au rock très basique sans être simpliste, sans fioritures mais non dénué de talent. La voix de Dustin est toujours aussi imposante et ses paroles intéressantes, "Beggars" est pour moi un parfait mix de "Vheissu" et du volume IV — Earth — de "The Alchemy Index". Mais venez faire un concert en France, putain !

Dredg - The Pariah, The Parrot, The Delusion

Là encore, Dredg fait mouche avec son maintes fois repoussé "The Pariah, The Parrot, The Delusion". Une collection de chansons certes moins pêchues que sur "Catch Without Arms", sans le rendre aussi chiant que "Humburg" de Arctic Monkeys : tous les titres sont soit catchy soit doux voire planant. Une belle évolution tout en restant dans leur style initial, le tout rendant très bien en concert.


Muse - The Resistance

Lorsque j'ai commencé à rédiger le brouillon de ce billet en octobre j'avais placé le nouvel album de Muse figurait dans la section EPIC FAIL, et maintenant vous le trouvez dans la section WIN... En effet quand j'ai écouté "The Resistance" pour la première fois j'ai cru à une mauvaise blague de ces farceurs de Muse : j'ai tellement peu accroché que j'ai arrêté de l'écouter au bout de quelques pistes. Il y a quelques semaines je discutais avec un collègue fan de Muse que j'ai étonné en lui confiant que je ne pouvais pas blairer leur dernier album, à la suite de quoi il m'a recommandé de l'écouter de nouveau et de "forcer" à l'écouter entier... Force est de constater qu'il avait raison, le collègue : en l'écoutant entier on a envie de l'écouter de nouveau, et en l'écoutant plusieurs fois on se rend compte qu'il n'est pas si différent de ce que Muse a fait jusqu'à présent contrairement à ce que les core fanboys de Muse lui reprochent.
Personnellement je le préfère à "Black Holes and Revelations", trouvant qu'il se rapproche plus du Muse de l'ère "Origin of Symmetry" et des B-sides de "Hullabaloo". Les trois derniers morceaux composant la "symphonie" sont très bons, contrairement au délire fantasti-cosmique que je redoutais. Bref, coup de chapeau aux trois gusses de Muse pour ce nouvel effort !

Découvertes

Outre les albums que j'attendais de pied ferme, cette année a été ponctuée d'agréables découvertes dont voici un petit résumé.

Gossip - Music For Men

À mon habitude j'étais complètement passé à coté du ras-de-marée Gossip dont les singles ont martelé les ondes FM tout au long de l'année : c'est au Furia festival de cet été que j'ai découvert par hasard cet énorme trio et sa fluette chanteuse Beth Ditto, et autant vous dire que ça a été une sacrée gifle dans ma tronche : une collection de titres on-ne-peut-plus catchy qui vous font remuer le fion du début à la fin du skeud, de quoi égayer vos journées et vous motiver pour à peu près n'importe quelle tâche.

Enter Shikari - Common Dreads

Recommandé par un collègue, Enter Shikari est un groupe jouant de ce qu'on pourrait qualifier d'électro-hardcore. Autant je n'ai pas accroché à leur premier skeud "Take To The Skies", j'ai écouté "Common Dreads" en boucle pendant plusieurs jours et assez souvent pendant les semaines qui ont suivi : une galette pleine au contenu bien secoué moins orienté électro 8-bits que son prédécesseur, alternant les morceaux remuants et d'autres plus mélodiques. Du très bon !

Avenged Sevenfold - Avenged Sevenfold

Jusqu'à présent les différentes façons pour moi de découvrir un nouveau groupe ont été assez classique : en entendant leur musique quelque part (télé, film, radio etc.), en lisant une bonne critique dans un papier, voire en live en première partie d'un concert ou dans un festival (cf. Gossip ci-dessus). J'ai eu vent de l'existence de Avenged Sevenfold... sur un T-shirt de Lew Ashby dans la série Californication (2ème saison). Après avoir écouté leur discographie de métal de poseurs qui ne m'a pas foncièrement ému j'ai scotché sur leur dernier album éponyme, que j'écoute toujours autant depuis que je l'ai découvert. En regardant le comment qu'on a fait de l'album on découvre qu'effectivement les membres du groupe[1] eux-même classent ce skeud bien à part dans leur carrière musical, racontant qu'ils se sont fait plaisir en expérimentant pas mal de choses et que l'album qui en résulte risque de ne pas plaire aux fanboys de la première heure... Ça tombe plutôt bien, moi qui n'aime pas trop le reste de leur œuvre j'adore "Avenged Sevenfold", composé de titres bien heavy mais qui ne se prennent pas toujours au sérieux, voire certains complètement barrés tel le très long — une sorte de conte tripé d'Halloween de plus de huit minutes — A Little Piece of Heaven[2]. Un must-have.

Superbutt - You And Your Revolution

Du métal à l'accent de l'Est (Hongrie) qui ne se prend pas trop au sérieux — avec un nom pareil, c'était pas gagné — mais qui a tout des grands, c'est lorsque j'ai lu quelque chose comme ressemblance saisissante avec Sikh dans la chronique de leur dernier skeud "You and Your Revolution" sur Visual Music que j'ai pressenti du potentiel. Le chroniqueur ne s'était pas trompé : ce petit groupe dépote sa race, notamment grâce a sa rythmique monstrueuse et une voix tonitruantement bonne ! Je ne m'en lasse pas.

Les oubliés

Ouais euh bon là pas trop d'excuses, j'ai juste oublié d'y jeter une oreille...

  • Mass Hysteria - Failles
À venir en 2010

Du bon en prévision pour l'année 2010, on y croit !

  • Massive Attack - Heligoland
  • Hewitt - Till Death Do Us Part
  • Dillinger Escape Plan - Option Paralysis
  • Headcharger - The End Starts Here
  • John Butler Trio - April Uprising
  • Dillinger Escape Plan - Option Paralysis
  • Narrow Terence - ?

Notes

[1] J'ai d'ailleurs appris en me documentant lors de la rédaction de ce billet que leur batteur James "The Rev" Sullivan est décédé il y a quelques semaines, ça m'en a foutu un coup au moral : le mec était sérieusement bon derrière ses futs. Monde de merde...

[2] Regardez le making of de A Little Piece of Heaven pour vous rendre compte de l'ampleur du délire qu'est cette chanson.