À l'origine la raison pour laquelle j'ai voulu lire ce livre n'est pas tant son histoire que sa couverture — passable — ni son titre mais son auteur, Maïa Mazaurette. Je suis ses tribulations depuis plusieurs années — à l'époque elle animait une section du forum de nofrag.com —, et je suis fan de sa plume corrosive à souhait pleine d'humour et d'autodérision. Il y a quelques mois j'ai lu grâce à elle {m,s}on premier roman SF, Dehors les chiens, les infidèles[1] auquel j'ai beaucoup accroché et que je recommande à tous, amateur du registre ou pas.

Si je ne vous ai pas complètement donné envie de lire Rien ne nous survivra, sachez que MM propose sur son blog un extrait chaque jour pendant un mois... on fait difficilement mieux pour se donner une idée du livre.