Avant toute chose, petite précaution d'usage : je fais une image de mon disque dur entier via mon réseau de beau gosse avant d'installer Arch dessus, histoire de pouvoir restaurer facilement ma Gentoo actuelle si il s'avérait que je n'accroche pas à cette nouvelle distro. Depuis le live CD de Arch, sur chorizo :

Sur magma (desktop) :

gore@magma:~% nc -l -p 1024 | dd of=chorizo-gentoo.img

Sur chorizo (laptop) :

[root@archiso ~]# dd if=/dev/sda | nc XXX.XXX.XXX.XXX 1024
31252480+0 records in
31252480+0 records out
16001269760 bytes (16 GB) copied, 412.584 s, 38.8 MB/s

Eh oui c'est ça la puissance intellectuelle... bac+2 les enfants.

Chorizo ne disposant pas de lecteur de CD/DVD, l'installation se fait via clé USB.

L'image disque boote sans problème, après m'être loggé en root on m'invite à exécuter /arch/setup pour lancer l'installer en Ncurses bien familier aux habitués de Slackware/Debian.

Un menu m'accueille avec plusieurs options, la première me permettant de sélectionner la source des paquets à installer : locale au média d'installation (CDROM ou dans mon cas, clé USB) ou par Internet depuis un miroir HTTP ou FTP. J'opte pour la seconde méthode, choix qui me conduit logiquement à une étape intermédiaire qu'est la configuration de mes paramètres réseau. Un coup de DHCP plus tard, je suis de retour à ma section de sélection de la source. Point remarquable, un écran intermédiaire m'informe que le miroir officiel ftp.archlinux.org est throttled, – c'est-à-dire que sa bande-passante est volontairement bridée – et m'invite donc fortement à choisir un miroir géographiquement plus près de moi, dans mon cas ftp.free.fr.

L'étape suivante 1) set clock est un classique, hop hop hop UTC, Time zone : Europe/Paris et on n'en parle plus.

Vient ensuite la traditionnelle étape du partitionnement/formatage du disque dur accueillant la nouvelle distribution : très similaire à ce dont je me souviens de Slackware, je ne suis pas perdu et prépare rapidement le setup suivant sur mon skeudur SSD de bourgeois :

/dev/sda1     /boot    ext2
/dev/sda2     /        ext4

Gros moment revival Slackware : la sélection des paquets à installer. Aaah, ces longues minutes passées à sélectionner les paquets que l'on veut installer dans des listes sans fin... :') Toutefois deux catégories seulement pour Arch : base et base-devel. Je m'en tiens ici au strict minimum pour écourter l'installation, nous aurons tout le loisir de découvrir la gestion des paquets dans d'autres billets. Ma sélection terminée, l'installer procède au téléchargement puis à l'installation des paquets, m'interpelant une minute plus tard pour me demander de confirmer l'installation des dépendances requises pour certains des paquets demandés.

La prochaine étape s'intitule 5) configure system, pendant laquelle il m'est demandé de choisir un éditeur de texte par défaut entre Nano et Vi, puis m'est proposé d'éditer les fichiers de configuration de base (/etc/rc.conf, /etc/fstab, /etc/hosts.* etc.) et enfin de définir du mot de passe du compte root.

L'installation s'achève avec la section 6) install bootloader, où le choix de GRUB est assez évident dans la mesure ou c'est le seul bootloader que j'ai sélectionné lors du choix des paquets ; l'installer propose toutefois d'éditer son fichier de configuration avant de l'installer sur le MBR.

Étape finale, reboot de l'ordinateur. On croise les doigts, l'écran de GRUB aux couleur de Arch apparait... ça boote, et en moins de cinq secondes le prompt m'est présenté !

Voici l'occupation disque au premier boot (système de base, pas de Xorg & co) après avoir nettoyé le cache des paquets installés :

[root@chorizo ~]# df -h
Filesystem        Size   Used  Avail  Use%   Mounted on
/dev/sda2          15G  589M     14G    5%   /
none             1001M     0   1001M    0%   /dev/shm
/dev/sda1          31M  9.5M     20M   33%   /boot

J'ai pris le temps de noter un peu tout ce que je voyais dans l'installer, si j'avais à refaire l'installation sans perdre de temps j'estime le temps d'installation de la distribution à moins de dix minutes. Ça s'annonce très bien pour la suite, hasta luego ! :D