Et quelle console, la XBOX360, la dernière évolution graphique en France. Alors quand mon ami m'a proposé qu'on se fasse Gears of War en une journée en coopératif j'ai sauté sur l'occasion.
Bien entendu pour préparer cette journée placée sous le signe du jeu, j'étais passé dans la matinée prendre des provisions histoire de faire ça dans les règles: Coca, M&M's, Pim's et nutella. Je pouvais également compter sur la participation de ma douce pour nous confectionner de délicieuses gaufres.


La partie commence, mon ami commence à déballer la bête. On créé rapidement mon profil pour pouvoir jouer (une nouveauté pratique qui permet d'avoir un profil unique pour tous les jeux). On décide de rentrer dans le tas et on lance GoW. Bien qu'on ne puisse pas profiter d'une installation digne du jeu (pas de télé supportant le HD, ni de kit 5.1), les premières images donnent une sacrée claque! En effet pas de vidéos moisie qui entre coupe le jeu mais seulement des magnifiques cut-scènes réalisées avec le moteur du jeu à couper le souffle.
L'histoire du jeu est assez basique mais on s'en fout (la terre est attaquée par des aliens et l'armée va libérer un taulard pour une mission suicide). C'est donc directement que le jeu commence, brut de décoffrage avec le premier niveau qui sert de tutoriel. Le but de jeu et de tuer les monstres qui débarquent, mais comme ils sont puissants et nombreux, l'astuce réside dans le fait de se planquer et de d'avancer progressivement à deux. Et c'est là que réside tout le fun, la prise en main se faisant rapidement, on se met à couvert, court jusqu'à l'autre petit muret pendant que le frère d'arme fait diversion et ainsi pouvoir tronçonner l'ennemi violement.
L'histoire se suit sans coupure (un peu comme Halo) et est superbement mise en scène. Le tout est scénarisé comme un bon vieu blockbuster d'action et les petites blagues entre deux feus. Mais on est toujours surtout scotché par la beauté et le détail du jeu.
Après avoir enchaîné plusieurs chapitres, il est temps de prendre le goûter. Heureusement ma douce est là pour nous apporter ses délicieuses gaufres qu'on hésitera pas à engloutir tartinées de nutella tout en se désaltérant avec du coca. Cela nous rappellera notre enfance le mercredi lorsqu'on passait la journée chez un copain avec le moment tant attendu du 4h.
La pause finie, on renchaîne les chapitres. Même si cela peut paraître répétitif comme jeu, il n'en est aucunement et le fun est toujours aussi présent. On progresse dans la maîtrise et les nouvelles armes permettent d'élaborer de nouvelles techniques d'approche.
Il est 21h et on vient de finir de manger. Pour digéré mon ami nous montre Dead Rising qui mettra tout le monde sur le cul. La digestion finie, il ne faut pas flancher et on sent que la victoire n'est pas très loin. Il fait enfin nuit et l'ambiance est encore plus présente. Surtout que le jeu est encore plus beau plus on progresse dans l'aventure.
On mutile, on détruit, et on empile les cadavres pour en arriver enfin au dernier niveau et avoir la tête du boss final à 3h du matin, après avoir engloutis des tonnes de sucreries et de boissons.
Le jeu enfin terminé, un soulagement se dégage car nos yeux commençait à se fermer. Egalement présent une satisfaction d'avoir fini le jeu et d'en avoir pris un énorme plaisir à se le farcir à deux. Même si il n'est pas très long, il est rare de voir des jeux en coopératif et qui soit également si prenant.
En tout cas c'est une expérience que je conseille à tous si vous avez l'occasion de faire ce petit plaisir à deux. Quand à nous, il nous reste plus qu'a le terminer une nouvelle fois sur une bonne installation en mode hardcore.